•  

    L'association Le Soleil Blanc

    J'étais la fondatrice et la Présidente de l'association Le Soleil Blanc

    L'association Le Soleil Blanc

     

    Voici une vidéo

    qui vous expliquera ce qu'était l'association Le Soleil Blanc

     

    Depuis 2004, il n’aura eu de cesse d’œuvrer pour défendre les droits de l’enfant, et ce, malgré ses faibles moyens humains, techniques et financiers.

    En 2009 nous avons pu mener à bien un événementiel sur Sartrouville. Evénementiel qui a pu avoir lieu, grâce aux dons de l’association Enfants de cœur, du Rotary Club et de particuliers, grâce également à l’aide technique de l’association No Human Toys et de bénévoles.

    Je ne vais pas revenir sur ce sujet m’étant déjà exprimé pendant et après cet évènementiel voir le site : http://soleilblanc2009.jimdo.com/

    Le Soleil Blanc projetait un nouvel évènementiel en 2010, mais de nouvelles difficultés (financières, techniques, et humaines) se profilaient, auxquelles il convient de rajouter des problèmes relationnels avec le Conseil Général des Yvelines et la Mairie de Sartrouville, mais aussi mes graves soucis de santé.

    Cet évènementiel ne pu donc avoir lieu. En 2010, nous étions plus que deux membres au conseil d’administration et une membre bénévole, et n’avions enregistré aucune adhésion ni don.

    Il ne nous n'était plus possible de mener des actions dans de telles conditions. Nous avons donc décidé de dissoudre le Soleil Blanc.

    Tout notre matériel administratif (dictaphone, DVD…) préventif (livrets, panneaux…) et divers objets ont été offerts à l’association Le Monde à Travers un Regard : http://www.lemondeatraversunregard.org

    En ce qui concernait le bilan financier, Le Soleil Blanc ayant géré avec beaucoup de rigueur les dons versés en 2009, celui-ci affichant un solde positif et il a été décidé à l’unanimité de répartir cette somme de la façon suivante :

    • Don versé pour aider à la construction d’une école en Haïti par l’intermédiaire de facebook : http://www.zynga.org/

    • Don versé par virement bancaire à l’association Glenn HOEL qui œuvre en faveur de l’enfance maltraitée : http://www.glenn-hoel.com/

     

    Après quoi le compte bancaire du Soleil Blanc fût clôturé.

    Cela fait plus de  40 ans que je suis au service des autres. C’est sans regret que j'ai pris cette décision.

    De part ma maladie, ayant frôlé la mort, je pense que je devais, sans honte ni culpabilité, penser à mes proches et à moi-même.

    Certains l’ont compris et je les en remercie, d’autres non et là je dis : « tant pis ».

    Ci-dessous un message de mon amie Sylvie GEAY qui tenait à ce qu’il figure sur cet article : «Je voudrais que tu rajoutes en mon nom ce petit message Claudine, mon amie, C’est en 2005 que j’ai croisé le chemin de l’association Le Soleil Blanc. Je pensais que derrière cette association se trouveraient des dizaines et dizaines de personnes. Mais il n’en était rien. Il était porté à bout de bras par une femme. Une seule : Toi, Claudine BERGER. T’oubliant toi-même, tu te consacrais aux autres, rien qu’à eux. Tu ne t’accordais aucun repos, aucun plaisir. Tu n’as eu de cesse de mener ce combat contre la maltraitance infligée aux enfants. Tu m’as proposé de te rejoindre dans l’association, et après une longue hésitation, j’ai cheminé à tes côtés. Nous parlions d’une même voix, d’un même cri. Mais toi, contrairement à moi, tu ne s’essoufflais jamais, assoiffée de justice, et de dénoncer toutes ces horreurs commises envers ces gamins en danger. Peu à peu, tu y laissais ta santé (tant morale, que physique). Je te voyais peu à peu dériver dans un monde de souffrances, et de tristesse. Les coups portés aux enfants, tu les prenais. Les sévices sexuels infligés aux enfants, tu les vivais. Les larmes que versaient les enfants, tu les versais. Et ce n’est qu’après avoir épuisé toutes tes forces, que tu as renoncé. Tu as tellement donné, Claudine. Beaucoup trop. A présent, il est temps que tu prennes soin de toi, et de ta famille, et de VIVRE ENFIN. De retrouver ces petits plaisirs simples qui font partie de la vie. De croquer la vie. Tu as donné les outils à d’autres pour qu’ils continuent ce combat. A eux de prendre le relais. Je t’embrasse avec toute mon affection. Sylvie GEAY »

    Je remercie du fond du cœur tous ceux qui ont soutenu le petit Soleil Blanc et cru en lui. Je remercie également tous ceux qui m’ont adressé des messages de soutien et d’amitié Claudine BERGER Fondatrice/Présidente de l’association Le Soleil Blanc

     

    Mais voila tout à une fin un jour...! :)

    L'association Le Soleil Blanc


    votre commentaire
  • RENCONTRE

     

    Une rencontre , naissance du Soleil Blanc

    RENCONTRE

     

     

    Justine, se réveille, elle prend son sac si lourd et l'installe comme elle le peut sur ces épaules. Elle quitte sa maison avant de changer d'idée et que renaisse le soleil. Mais brillera t-il encore ? La nuit la recouvre de son manteau bleu, sans étoile, la lune est morte. Personne ne verra son départ. Personne...! Partir sans laisser de traces. Il est l'heure. Justine ce voyage tu dois l'entreprendre dignement, sans peur, sans honte, avec l'espoir que je te rencontrerais...!

    Elle avance péniblement sur les chemins escarpés de cette montagne, dans la nuit, le souffle court, le dos courbé du poids de son sac, ses cheveux sont-ils gris? Quel âge a t-elle ? Chevelure dénaturée, décolorée. Elle s'arrête, fatigue dans la nuit, jette un long regard autour d'elle. A quoi pense t-elle ? Elle a laissé derrière elle sa maison bien rangée, bien propre, tout en ordre, pour rien au monde elle ne voudrait qu'un jour les gens puissent dire qu'elle est partie en laissant tout en désordre derrière elle. C'est important pour elle le regard des autres. Elle savait que sa maison ne serait pas seule, elle y a laissé la solitude son amie. La solitude elle la connaît bien, elle l'a accompagnée sans relâche pendant tant d'années. Ce matin, elle lui a dit adieu. Elle a eu le courage....Un acte volontaire, mûri, réfléchi. Elle continue son dur voyage.....en grenelant de la tête et prononçant des mots, elle parle seule " Dieu ! Oui Dieu ! Toi qui dit protéger les hommes....Je te délaisse, tu ne me sers plus à rien...! Elle soupire, son souffle de plus en plus court, son corps souffre de ses efforts pour escalader cette montagne, mais son coeur sourit. Elle avance sans bruit juste son souffle, elle n'est qu'une ombre dans la nuit, comme elle l'a toujours été dans sa vie. Elle s'arrête, et me regarde, nos regards se croisent sans que je lui pose la question, elle me répond "Je vais chercher ma mémoire" là haut tout en haut de cette montagne et mes "combats m'y attendent"

    "Qui es-tu ?" - "Je suis moi, toi, toutes les larmes des femmes et des enfants"

    "Que portes-tu dans ce sac si lourd pour toi ?" - "Leur souffrance et leurs larmes"

    "Où vas-tu ainsi ? La montagne est trop haute pour toi ?" - " J'en ai escaladé déjà la moitié, celle de ma vie avec ses chemins pas un seul droit, ni facile"

    "Crois-tu pouvoir arriver seule en sommet?" - "On verra bien"

    Elle s'assoit regarde en haut "Il y a encore du chemin", puis se retourne, regarde le jour qui se lève et le chemin parcouru "la nuit est derrière en bas, la nuit de mon passé, encore un effort et en haut il y a ma mémoire qui m'attend, et je pourrais déposer mon sac et te le confier si tu veux, ma mémoire recouvrée, mon sac confié, je pourrais partir, pour ne plus revenir" Elle se leva, repris son sac et son chemin si dur, si pénible, si seule.

    "Attends, dis moi qui es-tu ? Je dois savoir, puis-je venir avec toi ?" - "Je suis toi, je te l'ai dit" Elle partit, sans que je comprenne vraiment ce que je devais faire....!

    RENCONTRE


    votre commentaire
  • J'étais infirmière

     

    Je suis une infirmière en retraite

    JE SUIS INFIRMIERE

     

    J'ai fait mes études d'infirmière comme élève de l'Assistance Publique, les petites "bleues" comme on nous nommait, à l'hôpital Saint Vincent de Paul à Paris,deux années formidables, hommage à mon amie Catherine.... J'ai obtenu mon diplôme le 18 octobre 1973 avec 188 point sur 200, j'était première de Paris et 6° de France, je me souviens de la réflexion de ma mère quand nous avons reçu les résultats : "C'est bien ma fille, mais il y en a 5 devant toi".......!

    Être infirmière pour moi c'était de pouvoir soulager les souffrances des enfants et je n'envisageais aucunement à l'époque qu' un jour je continuerais ce combat hors ma profession. Mon bon classement me permit de choisir dans les premières le poste où je souhaitais exercer mon métier, sans hésiter un instant, lorsque je vis affiché sur le mur des choix de postes, que le service de réanimation néo-natal de l'hôpital des Enfants Malades à Paris, recherchait une infirmière. Je dis oui tout de suite et le 19 octobre 1973 au soir à 19h00 je prenais mon poste, ces années passées auprès de mes petits bouts, furent mes plus belles années, j'y était surnommée par tous, collègues, médecins, réanimateurs..... "Petite Mère" ce doux nom était tout ce que ce service représentait pour moi, c'était ma vie, mon but, les heures de travail, la fatigue physique et morale ne comptait pas.

    Un jour lors d'une visite médicale à la médecine du travail....J'entend encore ces mots raisonner dans ma tête : "Madame vous êtes inapte à travailler en réanimation et au contact des rayons X", je ne comprenais pas, c'était comme un pot de fleur en terre qui me tombait sur la tête.....Je ne pouvais plus exercer mon métier auprès de mes petits bouts?????, en effet à cette époque les infirmières qui tenaient les bébés en couveuse lors de radiographies, n'étaient pas protégées par des tabliers de plomb et je fus irradiées avec toutes les conséquences, hyperleucocytose (trop de globules blancs) , anémie (pas assez de globules rouges) et des risques de stérilité.....! Le 2 janvier 1977, je quittais Mon service......! Je n'avais plus de choix, en 1977 les infirmières "inaptes" changeaient de métier ou acceptaient n'importe quel service, je ne voulais ni l'un ni l'autre, j'ai donc démissionné de l'Assistance Publique.

    J'ai travaillé comme infirmière dans une entreprise de fabrication de Parfum, j'en ai un bon souvenir et remercie mon amie Hélène, ensuite je suis allée proposer mes services un peu partout, cancérologie, gériatrie, traumatologie, chirurgie, et médecine du travail, ces deux années de voyage au coeur de mon métier m'ont apprises énormément de choses, la technique, les relations humaines fasse à la souffrance, la solitude, l'inquiétude des malades et aussi de comprendre l'humain dans son ensemble et au travail, à partir de ce moment j'ai commencé à me passionner pour l'informatique , la toxicologie industrielle et la sécurité dans l'entreprise, le 10 octobre 1981 je fus embauchée dans un centre de recherche et de développement à l'Institut Français du Pétrole . Surveillance du personnel, soins d'urgence, soins ambulatoires, la prévention, les conseils, les examens complémentaires (électrocardiogramme ...) les visites médicales, la gestion administrative et informatique, les enquêtes, la gestion du stress au travail.....Sont notre quotidien.

     J'ai quitté l'IFPen le 1 mars 2013 pour un congé de fin de carrière et je serais en retraite le 1 avril 2013 et ce n'est pas un poisson :) :) 

     

    JE SUIS INFIRMIERE

     

    Je souhaiterais rajouter à cet article

     

    L’enfant hospitalisé a des droits et des besoins spécifiques qu'il est essentiel de respecter et de faire respecter. "Un homme n'est jamais si grand que lorsqu'il est à genoux pour aider un enfant " Pythagore

    Pendant mes années d’exercice auprès d’enfants hospitalisés , mon seul but était qu’ils guérissent, au jour d’aujourd’hui me viennent à l’esprit plusieurs questions, que je n’ai pas pris ou pas eu le temps de me poser à l’époque. Qu’elle est la place de l’enfant au milieu des professionnels chargés de lui ?.

    Attendons-nous quelque chose des enfants ? Que prétendons-nous pouvoir leur apporter ? Je ne vois plus l’enfant seul, sujet des préoccupations d’une équipe médicale, mais l’enfant inscrit dans une histoire familiale.

    Peut être aussi parce que je suis maman moi-même et que mon enfant a été hospitalisé à plusieurs reprises.

    Mes expériences m’ont encore fait plus prendre conscience de la place de l’enfant dans sa famille, car celle-ci joue un rôle fondamental dans le processus de guérison. Il m’a semblé essentiel qu’une équipe de bénévoles formée, bien préparée (en accord et en collaboration avec le personnel soignant), prenne en charge et en considération également les parents, car ils sont garants de la sécurité affective de leur enfant.

    J’ai constaté que les parents se sentaient parfois démunis face à l’hospitalisation de leur enfant, pour l’avoir vécu moi même et que cela en conduisait certains à adopter des attitudes qui pouvaient être néfastes à l’évolution de leur enfant au cours du séjour. Plus la séparation est longue plus elle est douloureuse.

    Accompagner l’enfant hospitalisé Faire respecter ses droits Dédramatiser la maladie et l’hospitalisation Rassurer, être à l’écoute des demandes de l’enfant et surtout les comprendre. Distraire et diminuer la douleur Organiser du soutien scolaire, afin que l’enfant lors de son retour en classe ne soit pas pénalisé Organiser des visites avec l’accord des parents et de l’équipe médicale, des petits copains de classes ou de sport, voir même étudier la possibilité de faire des connexions Internet vers l’établissement scolaire de l’enfant ou vers des centres éducatifs en ligne . Pour les enfants hospitalisés loin de leur famille, faire une étude des moyens de la régions en matière d’accueil pour les parents afin qu’ils puissent être près de leurs enfants durant l’hospitalisation. Si l’état de santé de l’enfant, le permet, prévoir de petites sorties à l’extérieur, écouter ‘’ ses rêves ‘’ et tout faire pour les satisfaire. Aide aux enfants hospitalisés étrangers, famille d’accueil, interprètes, faire respecter les droits fondamentaux de la culture de l’enfant étranger.


    votre commentaire
  • QUI SUIS-JE ?

     

    Je m'appelle Claudine (Claudinette sur le forum de Violine, maman ours pour mes amis(es)).

    J'ai 60 ans un ourson (un fils) de 24 ans et une Tounette (une chienne) de 11ans. Je suis une toute nouvelle retraitée et une débutante dans la monde des créations graphiques avec le logiciel Paint Sho Pro.

    QUI SUIS-JE ?

    Il est très difficile de se décrire et de savoir qui nous sommes.

    Mon histoire est l'histoire de beaucoup de femmes 

     

    C'est l'histoire d'une femme avec ses souffrances, ses passions, ses combats, son acharnement à la Paix et à la Liberté pour les enfants et les femmes, mais pour elle aussi, ses larmes, ses maux et ses mots, ses craintes, ses doutes, ses joies, ses passions.

    Un passé de souffrance un présent avec des larmes et un avenir avec des doutes, cette femme c'est Vous, Moi, ma soeur jumelle, elle n'a pas d'âge, elle a un siècle, elle a mille ans, cent ans, dix ans, vingt ans, cinquante ans....Elle est d'ici et d'ailleurs, elle ne se sent pas à sa place dans notre Monde, hors du temps, de l'espace, elle ne sait plus ...! Mais une chose est certaine, elle sait pourquoi elle est née et qu'elle est sa mission sur cette Terre.

     

     


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique